FORMAN L'AMI DES SPANIELS

 Menu

Vos Photos Isolites

Chiots americain

Chiots americain


Accueil

American Cocker
English Cocker
English Springer
Welsh Spaniel
Clumber Spaniel
Sussex Spaniels
Irish Spaniels
Field Spaniels

Elevage FORMAN'S

Administrateur

 Forums
sante

 Recherche ext.
Recherche Sur Google:


 Mini-stats
-10082765 pages vues
-7426068 visiteurs


Statistiques

 Pub


.: CALCIUM :.

ARTICLE SANTE
L'information
et les conseils donnés sur ce site sont dérivés d'expériences personnelles ou
d'informations générales grand public. Ils sont donnés à titre éducatif et ne
doivent en aucun cas se substituer à un diagnostic, un
traitement ou un conseil délivré par votre vétérinaire. consultez
votre vétérinaire pour tout diagnostic et traitement spécifique à votre
chien.


Beaucoup de choses ont été dites et écrites à propos de là supplémentation en calcium dans l'alimentation du chiot.Comme en tout, l'excès et la carence sont nuisibles. Chez le chiot, le calcium est indispensable à la minéralisation du squelette en croissance : 99 % du calcium contenu dans l'organisme est localisé dans le tissu osseux. Chez le chien adulte, le processus d'absorption intestinale du calcium est double : diffusion passive couplée à un transport actif. Lorsque la quantité ingérée augmente, l'absorption active diminue et l'adulte recevant un régime excédentaire en calcium peut n'en absorber que 10 %. En revanche, chez le chiot, la diffusion passive a un plus grand rôle : il n'est donc pas capable d'adapter l'absorption à la quantité ingérée aussi bien que l'adulte, et l'absorption minimale est toujours au moins de 40 à 50 %. (En cas de régime déficient en calcium, l'absorption peut représenter 95 % du calcium de la ration).

REGULATION HORMONALE DU METABOLISME PHOSPHO-CALCIQUE).

Le métabolisme du calcium (Ca) et du phosphore (P) est soumis à une régulation très fine où interviennent 3 hormones importantes :
- la parathormone, synthétisée par les glandes parathyroidiennes, qui a pour principal rôle d'augmenter le niveau de calcium dans le sang, et qui stimule donc la libération de Ca à partir de l'os (ostéolyse) ;
- la calcitonine, hormone synthétisée par la thyroïde, dont le rôle est au contraire de freiner l'ostéolyse pour faire chuter la calcémie;
- la vitamine D : elle stimule l'absorption du calcium et du phosphore au niveau intestinal, elle influence la croissance et la différenciation cellulaire des cartilages avant leur minéralisation et augmente l'intensité du remodelage osseux.
L'organisme réagit à toute variation du rapport Ca/P dans le sang en faisant varier la sécrétion de ces hormones qui tendent d'abord à faire revenir ce rapport à la normale. Le niveau de calcium dans le sang (la calcémie) n'est pas un bon indicateur d'une consommation excessive de calcium, car l'équilibre hormonal la maintient à l'intérieur d'une fourchette étroite entre 80 et 105 mg/l. Ainsi, lorsque du calcium est ingéré, la calcémie augmente et il en résulte aussitôt une augmentation de la production de calcitonine qui fait chuter le processus naturel de résorption osseuse afin que le calcium sanguin ne continue pas d'augmenter.

CONSEQUENCES D'UNE SURALIMENTATION EN CALCIUM


Si la suralimentation en calcium persiste, la sécrétion de parathormone chute, et en conséquence, les tissus osseux et cartilagineux ne sont plus remaniés normalement : les os s'épaississent, se densifient. Les cartilages dont la maturation est retardée sont fragilisés par les contraintes mécaniques liées à l'activité physique et au surpoids éventuel qui s'exercent sur eux. L'inhibition du remaniement osseux et la fragilisation des cartilages peuvent provoquer des lésions très graves à l'origine de douleurs et de troubles locomoteurs: ostéochondrose, ostéochondrite disséquante, compression vertébrale... Ces problèmes apparaissent plus facilement et sont plus graves dans les races géantes à croissance rapide.
Le calcium en excès dans l'aliment interfère également avec l'absorption d'autres minéraux et oligo-éléments : phosphore, magnésium, cuivre, zinc. . Un excès de calcium peut donc provoquer une carence secondaire en ces éléments.

RECOMMANDATIONS OPTIMALES D'APPORT


La quantité de calcium consommée dépend de la consommation énergétique et de la teneur en calcium de l'aliment. Comme le rationnement est d'abord basé sur les besoins énergétiques du chiot, l'approche la plus logique est donc de rapporter la teneur en calcium de l'aliment, non pas à la matière sèche de celui-ci, mais plutôt à la valeur énergétique de l'aliment (en g de calcium pour 1000 kcal). Selon le NRC 1985, le besoin minimum de calcium rapporté au poids corporel est estimé à 320 mg/kg en début de croissance. Il décroît ensuite jusqu'à tomber à 119 mg/kg chez l'adulte. Une Ration contenant au minimum 2,9 g de calcium/1000 kcal couvrira les besoins d'un chiot en croissance, quelle que soit la race.
- Pour un aliment apportant 3500 à 4000 kcal/kg de matière sèche (MS), cela équivaut à 1,0 % de calcium/MS, ou encore 0,9 % de calcium pour un aliment sec dont l'humidité est voisine de 10 %. Ces valeurs ont été éditées en 1995 aux États-Unis, par "L'association of American feed Control Officials" (AAFCO) en tant que recommandation optimales pour les fabricants d'aliments pour chiens. L'AAFCO est en effet un organisme officiel chargé de veiller à la sécurité des produits alimentaires.

AJOUTER DU CALCIUM : QUAND ?


Alimentation traditionnelle
Lorsqu'un chiot est nourri à l'aide d'une ration ménagère (viande/riz/légumes), le niveau de calcium de sa ration est très insuffisant : en effet, quel que soit le type de viande en cause les quantités de minéraux contenues dans la viande varient peu : - 7 à 10 mg de calcium/100 g ; soit environ 0.01 à 0,03 % de la MS, - 150 à 200 mg de phosphore/100 g ; soit 0,35 à 0,65 % de la MS. Un chiot de 10 kg devrait donc ingérer plus de 30 kg de viande pour satisfaire ses besoins ! Les céréales et les légumes contiennent 2 à 3 fois plus de calcium que la viande (ce qui est toujours notoirement insuffisant), mais il s'agit d'un calcium peu assimilable car complexé avec d'autres minéraux. Dans ce cas précis de ration traditionnelle non supplémentée, on ne répond donc absolument pas aux besoins des carnivores : le rapport calcium/phosphore, 1/20 à 1/35, est particulièrement déséquilibré par rapport au rapport idéal de l'alimentation qui doit être compris entre 1 et 1,5. Les compléments minéraux et vitaminiques du commerce dont le rapport phosphocalcique est voisin de 2, sont spécifiquement conçus pour compenser le déséquilibre.
Aliments préparés
En revanche, l'ensemble des aliments préparés dont la formulation est spécifique de la croissance respecte ou excède les recommandations minimales d'apport mentionnées ci-dessus. Il est facile de vérifier la cohérence de l'apport calcique à partir des garanties portées sur l'emballage, Prenons l'exemple d'un aliment sec pour chiot dont l'étiquette indique : Humidité (Hum.) 8,0 % Matières protéiques (MP) 32,0 % Matières grasses (MG) 20,0 % Cellulose brute (CB) 2,5 % Matières minérales (MM) 7,0 % Calcium 1,35 % On en déduit la teneur en matières glucidiques ou amidon ou extractif non azoté (ENA) : 100 % - (% Hum. + % MP + % MG + % CB + % MM) = % glucides 100 - (8 + 32 + 20 + 2.5 + 7) = 30,5 % L'énergie métabolisable (EM) peut alors être facilement calculée à partir de l'équation : (% MP x 4) + (% MG x 9) + (% ENA x 4) = EM (kcal/100 g) (32 x 4) + (20 x 9) + j30,5 x 4) = 430 kcal/100g ou 4300 kcal/kg. Par rapport à l'énergie métabolisable de l'aliment, la teneur en calcium correspond à : (1,35 g x 1000 kcal)/430 kcal soit : 3,1 g/1000 kcal Cette valeur est bien conforme aux recommandations optimales et très inférieure à la limite maximale tolérable. Les fabricants prennent en général des marges de sécurité par rapport aux recommandations d'apports minimales pour compenser une sous-consommation éventuelle du chiot par rapport à ses besoins énergétiques, ou un trouble de l'assimilation du calcium. Lorsqu'un aliment est vendu en tant qu'aliment complet pour la croissance, aucune supplémentation calcique n'est donc nécessaire. Si certains propriétaires insistent pour distribuer quelque chose "en plus", il faut tâcher de les décourager en leur expliquant les dangers de cette pratique particulièrement sensibles chez les chiots de grande race.

EXEMPLES PRATIQUES DE SUPPLEMENTATIONS CALCIQUES


Les principales sources de calcium disponibles sont :
- Complément minéral et vitaminé du commerce (CMV) : 15 % de Ca ; 1 cc = 6g
- Phosphate bicalcique/monocalcique : 20 % de Ca : 1 cc = 4 g
- Poudre d'os : 30 % de Ca ; 1 cc = 5 g
- Coquille d'oeuf / carbonate de calcium : 40 % de Ca , 1 cc = 5 g
(1 cc = 1 cuillère à café)
Voici quelques exemples de supplèmentations pratiques au-delà desquelles la toxicité devient réelle, (en prenant pour limite supérieure la concentration de 7,1 g Ca/1000 Cal). Pour simplifier les choses, on supposera que :
- en-dessous d'un poids adulte estimé à 30 kg, les chiots sont nourris à l'aide de l'Aliment 1, d'analyse identique à celle figurant ci-dessus (3,1 g de calcium/1000 kcal) ;
- Pour un poids adulte estimé supérieur à 30 kg, on utilise un aliment sec (Aliment 2) contenant 1,5 % de calcium et apportant 4000 kcal/kg, (soit 3.7 g de calcium/1000 kcal).

CONCLUSION


En conclusion, lorsqu'un propriétaire de chiot décide d'associer un complément de calcium à un aliment complet, en dépit de la contre-indication qui lui est faite, il doit être extrêmement vigilant quant à la posologie d'emploi. En aucun cas il ne faudra suivre le mode d'emploi théorique basé sur la complémentation d'une ration traditionnelle, mais diviser au moins par deux les quantités recommandées. Le tableau ci-dessous peut servir de garde-fou utile pour éviter des erreurs diététiques parfois très préjudiciables à l'avenir du chiot. Chiot de 30 kg à 6 mois (race Terre Neuve, poids adulte estimé : 60 kg) Ration quotidienne de l'Aliment 2 : 600g qui apporte 9 g de calcium. Addition de Ca tolérable au maximum : +7,8 g, soit : - 19,5 g de carbonate de calcium (3,8 cc) - 26 g de poudre d'os (5,2 cc) - 52 g de CMV (8,6 cc) - 39 g de phosphate bicalcique (9,7 cc)

Article écrit par Pascale PIBOT, Docteur Vétérinaire le 18/03/2003 (lu 1345 - catégorie : SANTE) - Imprimer cette news

.: Commentaires :.


Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/users2/f/forman/www/phptotal/articles.php on line 56

Cet article n'a pas encore été commenté.
Tu peux poster un commentaire en remplissant le formulaire plus bas.


Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/users2/f/forman/www/phptotal/articles.php on line 60

.: Commenter cet article :.

Pseudo :

Email :

Titre :

Commentaire :

 Sujets traités


Annonces EMPLOI
CORPS
DEVOIRS DES JUGES
DIVERS
DYSPLASIE
EDUCATION
HISTORIQUE du Chien
INFOS ACHAT CHIOT
MA PAGE PERSO
MALADIES
METIERS
PEAU
RACES
REGLEMENTION
REPRODUCTION
RESULTAT EXPO
SANTE
SOINS
SOINS DE L'ANGLAIS
TRAFIC CHIENS !!!!
VACCINS
YEUX


 Articles

Trafic

Problèmes chez les chiens race

Hydrocéphalie

Emploi

ENTRETIEN DU COCKER ANGLAIS


 Nouvelles

 Sondage

Un chien inscrit LOF est-il destiné

Ne sait pas

à La compagnie

à L'élevage

à Faire des expos

Votez pour voir les résultats



 

cocker-fr.com © 1999 tous droits réservés FORMAN Sarl rcs Joiny (CNIL en cours)

Les éléments ajoutés par des tiers sur ce site le sont sous la responsabilité de leurs auteurs.